Recherche de statistiques fiables et récentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Recherche de statistiques fiables et récentes

Message  fabtrad2 le Mar 1 Déc - 16:19

Bonjour à tous,

Quelqu'un aurait-il des statistiques fiables et récentes (ou des pistes de recherche) sur le pourcentage de grands-parents gardant leurs petits-enfants, en France métropolitaine, voire le prix moyen d'une place d'enfant à la crèche ?

Exemple (pour l'Angleterre): d'après une étude de l'œuvre caritative Age Concern, 1/4 des grands-parents (anglais) gardent leurs petits-enfants.

Merci d'avance !!

fabtrad2
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Recherche de statistiques fiables et récentes

Message  aude le Lun 7 Déc - 2:34

en cherchant rapidement sur google je trouve ceci, qui vous donnera des pistes aussi:

http://www.planet.vertbaudet.com/les-grands-parents-un-mode-de-garde.htm
Les grands-parents, un mode de garde ?

Mercredi chez Grand-Mère
Selon la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, 85% des femmes et 65% des hommes gardent leurs petits-enfants occasionnellement, à la sortie de l’école, le mercredi, ou pendant les vacances…
Ce mode de garde présente des avantages pour tous les membres de la famille. Dans une étude d’Audrey Daniel sur « Les modes d’accueil des enfants de moins de 6 ans », les parents avancent plusieurs raisons pour privilégier les grands-parents : la proximité géographique, la confiance et la relation affective rassurante.

Quand on habite à côté, c’est plus simple, c’est vrai… Mais si les Français confient leurs petits à leurs parents, c’est aussi parce qu’ils leur font confiance ! Confier ce bébé à qui l'on tient tant, ça peut faire peur. Le confier à notre Maman qui nous a élevé, moins…

Et pour un petit, cette « ressemblance-différence » des grands-parents est aussi très rassurante. Mamie ce n’est pas Maman, mais ce n’est pas une étrangère. Cette relation si particulière permet aux enfants, en particulier les plus jeunes, de s’ouvrir au monde tout en se sentant en sécurité.
Ces moments de garde sont aussi très bénéfiques pour les plus grands : ils apprécieront ce contact avec des adultes bienveillants, disponibles et souvent très patients. Schématiquement, on pourrait dire que les parents ancrent l’enfant dans la réalité et ses contraintes, tandis que les grands-parents ouvrent l’enfant à l’imaginaire.
Avec Papi et Mamie, c’est aussi l’occasion de faire des choses qu’on ne fait pas forcément avec les parents (ni même à la crèche ou avec l'assitante maternelle) : cela va des jeux de société à la visite du musée, en passant par le cinéma, les courses au marché, la cabane dans les arbres, ou les crêpes. Toutes ces activités qui, sans forcément être extraordinaires, rendent les vacances ou les mercredis inoubliables.

Les grands-parents aussi y trouvent leur compte : garder leurs petits-enfants est l’occasion de donner et de recevoir de l’affection. Une occasion mais pas la seule, comme le souligne la présidente de l’EGPE, Ecole des Grands-Parents Européens : « dans notre monde, un « bon » grand-parent, c’est un grand-parent qui n’attend pas tout des liens affectifs avec ses petits-enfants ».
Les grands-parents ont évolué, il faut en tenir compte lorsqu’on veut leur confier nos enfants. Aujourd’hui, on devient en moyenne grand-parent entre 48 et 52 ans. Beaucoup de grands-parents sont donc encore en activité, alors n’abusons pas de leur temps disponible… Et le temps passé avec leurs petits-enfants n’en sera que plus précieux !
A noter, pour que les longs séjours se passent au mieux, on prendra soin de confier aux grands-parents le carnet de santé de l’enfant, ainsi qu’une autorisation d’intervention médicale au cas où… sans oublier le précieux doudou ! Et si on veut éviter les crises de larmes de son petit dernier, on s’abstiendra de téléphoner pilepoil au moment du coucher ou de la sieste, alors que le bisou de Papa-Maman lui manque tant !


Grands-parents d’ailleurs… et d’ici
Porte-parole des « nouveaux grands-parents », l’EGPE observe également le rôle des plus de 55 ans au-delà de nos frontières. Selon leurs études, on peut parler en Grèce ou en Espagne de modèle « familiarisé » : « Pour s’occuper de leurs petits-enfants mais aussi de leurs propres parents, les habitations sont rapprochées et les grands-parents sont un des éléments essentiels du fonctionnement de la famille ».
Aux Etats-Unis ou en Angleterre, l’enfant n’est pas pris en charge par l’Etat jusqu’à l’âge de 5 ans. Si les familles aisées peuvent avoir recours à une « Nanny », c’est l’entraide familiale qui prime dans les familles populaires.
De même, en Chine, les grands-parents assurent la plupart du temps la garde de leurs petits-enfants. Ainsi le veut la tradition des « 3 générations sous le même toit ». En contrepartie, les seniors seront pris en charge lorsqu’ils vieilliront. Parfois même, les parents chinois délèguent totalement l’éducation de leurs enfants aux grands-parents : c’est le cas des populations rurales parties tenter leur chance en ville ou à l’étranger.

A priori, cette pratique peut sembler d’un autre temps pour nous Français… du temps où les nourrices, domestiques ou ouvrières du XIXe siècle se voyaient obligées de confier leurs enfants à leurs propres parents pour pouvoir aller travailler ailleurs.
Et puis, on sait qu’en France, aujourd’hui, nous bénéficions des systèmes de garde parmi les plus avancées d’Europe, avec des aides très avantageuses pour les parents.
Et pourtant… quand on demande aux parents français quel est le principal mode de garde de leur enfant (moins de 6 ans), la réponse est : les grands-parents pour 10,5% d’entre eux ! Soit la troisième position derrière la mère au foyer (46,9%) et l’assistance maternelle agréée (20,7%).

Quelles sont les raisons de ce choix du mode de garde grand-parental ? En pratique, les parents n’ont pas toujours le choix, justement, à cause du manque de places en crèches dans les grandes villes et du manque de structures tout court en campagne. Françoise Bloch avance aussi l’hypothèse d’une « dette » inconsciente de la jeune maman envers sa mère. Comme si la femme d’aujourd’hui disait « Oui Maman, je travaille alors que tu étais une mère au foyer, mais je te confie mon enfant pour t’exprimer ma reconnaissance ». Libre à chacun de valider ou non cette hypothèse…
Enfin, les esprits chagrins préciseront aussi que le mode de garde grand-parental présente un atout de taille face aux autres : un coût défiant toute concurrence, puisqu’il est gratuit !


Ma Mamie-Nounou
Certes, on ne paye pas les grands-parents comme on paierait une nounou pour garder nos enfants. Néanmoins, il ne faut pas occulter la question financière pour que les choses se passent au mieux : penser à fournir la nourriture et les couches, ou au moins un dédommagement. On peut aussi, par exemple, proposer à Mamie de lui rembourser son essence, si elle doit se déplacer pour venir garder bébé.

De même, comme avec une nounou professionnelle, il est important d’aborder dès le départ la question des horaires et des vacances. Nos parents sont en droit de se reposer de temps à autre, et d’avoir des loisirs. Pourquoi ne pas, par exemple, déposer bébé à la halte-garderie une fois par semaine, pendant le cours de chant de Mamie ?

De manière générale, s’entendre sur le « qui-fait quoi et comment » paraît d’autant plus important que l’on est dans un contexte familial. Mieux vaut prévenir que guérir, se mettre d’accord avant et au calme sur les règles de garde, plutôt qu’en se disputant à force de malentendus.

L’une des difficultés à contourner sera la question de l’éducation : alors que les grands-parents des vacances n’ont pas de rôle éducatif à jouer, les grands-parents du quotidien devront faire preuve de plus de rigueur avec leurs petits-enfants : respecter le rythme du sommeil, l’équilibre alimentaire, ne pas céder aux caprices…
Ne pas s’alarmer enfin, côté parents, si l’enfant semble « préférer » ses grands-parents. Comme avec une assistante maternelle, cet attachement pour la personne qui s’occupe de lui au quotidien est légitime. Mais au final, votre petit sait distinguer l’amour pour sa Maman de l’amour pour sa Nounou, même si celle-ci est aussi sa Mamie…


Sources :
Le dico des nouveaux grands-parents (Fleurus), Dominique Alice-Rouyer – Charlotte Grossetête
Etre grands-parents aujourd’hui (Publication des Allocations Familiales), Sandrine Vincent
La garde des enfants une histoire de femmes. Entre don, équité et rémunération (L’Harmattan) Françoise Bloch, Monique Buisson


http://www.la-croix.com/parents-enfants/article/index.jsp?docId=2256655&rubId=24302
Claudine Attias-Donfut, directeur de recherche à la Caisse nationale d’assurance-vieillesse, qui vient de participer à une étude européenne sur les personnes âgées.


un quart des mères confie leurs enfants aux grands-parents


Tout concourt à faire augmenter l’implication quotidienne des grands-parents auprès de leurs petits-enfants. L’allongement de la vie en meilleure santé permet aux jeunes retraités de faire face à la vitalité juvénile. « Les générations sont plus complices et moins distantes aujourd’hui, ce qui n’empêche pas tensions et conflits », ajoute Claudine Attias-Donfut. Dans l’Union européenne, entre 75 % et 80 % des grands-parents vivent à moins de 25 km d’un de leurs enfants au moins, ils offrent donc une solution de proximité. Enfin, les questions d’argent entrent en compte, ajoute la sociologue de la CNAV : « Les grands-parents appartiennent à une génération qui a bénéficié d’une période assez faste. Garder leurs petits-enfants est aussi une forme d’aide financière. » Marie-Claire Chain, qui anime des groupes de parole à l’École des grands-parents européens (EGPE) (lire repères), relève également que « les grands-parents retrouvent de plus en plus leurs petits-enfants lors des séparations de parents », quand des gardes s’improvisent alors que la vie de la famille est bouleversée.

En France, un quart des mères qui ne gardent pas leur enfant de moins de 3 ans le confient quotidiennement aux grands-parents – ce qui représente environ 300 000 bébés (lire repères). De façon presque systématique, la grand-mère maternelle est en première ligne. Les femmes qui ont choisi ce mode de garde se félicitent avant tout de faire bénéficier leurs jeunes enfants de la richesse irremplaçable d’un lien fort qui se tisse avec leurs propres parents et des transmissions qui passent entre l’ancienne et la nouvelle génération.

bonne lecture et bonne recherche

aude

Messages : 13
Date d'inscription : 01/03/2009
Localisation : IDF

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum