Les principes de la transmission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les principes de la transmission

Message  JEN le Lun 1 Sep - 16:54

En matière sociale, intellectuelle ou familiale, la « transmission» est le résultat de l’apport des informations détenues par une population, au bénéfice d’une autre. Ses mécanismes sont exactement ceux qui conditionnent toute communication. On y distingue :
- Un émetteur disposant d’informations (connaissances, savoir-faire, idéologie…), et utilisant un mode de communication (visuelle, verbale, écrite, ou multimédia)
- Un récepteur qui souhaite disposer de ces informations

Le succès de la transmission sera totalement dépendant du mode de communication choisi. Pendant longtemps on ne s’est pas posé de problème car les seuls modes de communication étaient l’oral et l’écrit, très accessoirement le dessin. Cependant, au XX ème siècle, avec l’avènement des transmissions de données (du morse à internet), on s’est aperçu que le mode de transmission était très dépendant du protocole permettant de coder l’information à l’émission et de la décoder à la réception.

Problème 1 : le protocole commun. Il est nécessaire que l’émetteur et le récepteur disposent exactement du même protocole pour communiquer, sinon la transmission sera défectueuse. Si l’on sait bien faire communiquer des machines informatiques dotées de protocoles strictement identiques, car normalisés, le problème est beaucoup plus complexe pour les humains. Ceux-ci ne traitent pas une information numérique mais aussi des idées et des concepts, susceptibles d’interprétation, de suggestion, d’humour, de poésie… qui ajoute un nouveau niveau de codage « affectif ». Or celui-ci devient d’une infinie complexité car il dépend de causes diverses (éducation, habitudes…) et fluctuantes (états mentaux : joie, dépression, maladie…), d’où l’ambiguïté des rapports humains.

Problème 2 : le mode de transmission. Il peut être, par exemple :
- Le mémitisme le plus rudimentaire : il concerne en particulier les enfants, ou certains comportements sociaux.
- Une simple expression corporelle : elle peut véhiculer un codage plus ou moins inconscient (satisfaction, surprise, colère…).
- Le langage parlé : il suffit d’utiliser la même langue (discours, prêches, radio..).
- L’écriture : il suffit de savoir lire la langue (courrier, mail, livres…).
- Le multimédia : il est en train de bouleverser la manière de transmettre les informations, en particulier auprès de la jeunesse.

Avoir en mémoire que ces modes de transmission cohabitent, se complètent ou s’influencent, peut permettre une approche plus rationnelle de la manière dont se transmettent : les connaissances, les usages, les croyances, ou la morale.
avatar
JEN

Messages : 90
Date d'inscription : 25/04/2008
Age : 69
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"Il suffit ??"

Message  Cécile le Lun 1 Sep - 22:38

La question de la "communication", notion fourre-tout par nature difficile à cerner, est au programme du collège.
Désolée, JEN, je ne crois pas du tout que la communication se limite à une question de codes communs plus ou moins brouillés selon les contextes.
Pour aborder cette question avec des élèves de 11, 12 ans, je leur fais pratiquer, au préalable, et avant de leur donner même le sujet du cours, un "téléphone arabe" : intrigués, ils s'y prêtent avec un certain sérieux pour en avoir le coeur net, "mais où veut-elle en venir ?" et, comme prévu, le message restitué est sans rapport avec le message de départ, du moins aux yeux de son auteur, qui estime avoir pourtant fourni un récit facile et limpide. Il accuse ses relais de négligence ou de bêtise, ceux-ci se récrient, indignés. Quelques gloussements surgissent : les élèves rient jaune ; ils perçoivent simultanément que la "prof", sans rien dire, par la médiation inattendue d'un jeu enfantin, les a menés à une conclusion tangible, tandis que l'élève "émetteur" et ses relais, qui ont verbalisé, ont tous plus ou moins "échoué", croyant faire preuve d'exactitude ; on peut même constaté qu'il a circulé plusieurs "messages" différents. Et je leur laisse formuler à la fois le thème et le prédicat : rien de plus aléatoire que la "communication", que prétendent maîtriser les publicitaires et autres "chargés de com' " "spécialistes !!" qui nous en torpillent tous azimuts– heureusement, non ? jocolor
Plus généralement, j'aurais tendance à envisager cette question du point de vue du "récepteur", destinataire intentionnel ou accidentel : comment s'approprie t-il ce qu'il reçoit ? en quoi s'en trouve t-il modifié ? qu'en renvoit-il à d'autres ? Et, pour ce faire, la comparaison avec la "communication internet" ou de machine à machine, théoriquement "parfaite", ne me semble pas probante, car la "communication" "humaine" lui est totalement hétérogène. Paradoxalement, elle est ineffable, non ?

Cécile
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes de la transmission

Message  JEN le Mar 2 Sep - 15:46

Cécile, je ne peux être que d'accord sur l'ambiguïté du terme "communication". C'est pourquoi, avant d'entrer dans le détail des disciplines, connaissances ou valeurs que nous pouvons transmettre, j'ai voulu rappeler quelques principes basiques.
Si j'ai parlé de machines, c'est surtout pour faire comprendre, comme vous le faites, la difficulté qu'il y a à non seulement à communiquer, mais simplement à s'entendre entre humains. Nous ne sommes en effet jamais des récepteurs ou des émetteurs fiables. Notre compréhension est aléatoire, notre mémoire limitée, et nous avons tendance à modifier les données transmises par le filtre de notre personnalité (fonction de notre culture, émotivité, idéologie, inhibition...).
L'intérêt de réfléchir préalablement sur les principes, peut nous éviter quelques pièges, confusions, manipulations, incompréhensions.
Par exemple : en ce qui concerne la "communication" au sens des publicitaires, ce n'est qu'un terme "politiquement correcte" pour dire propagande, bourrage de crâne. Cette discipline à visée commerciale ou politique, de même que ses spécialistes de l'intoxication, ne concerne pas directement notre propos. Nous nous intéressons à la transmission culturelle dans ce qu'elle touche à la tradition, à l'intergénération. Un grand merci pour vos contributions intelligentes et sensibles.
avatar
JEN

Messages : 90
Date d'inscription : 25/04/2008
Age : 69
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes de la transmission

Message  MF le Mar 2 Sep - 17:32

Cécile, votre exemple du "téléphone arabe" est astucieux pour faire comprendre aux enfants le peu de fiabilité de la transmission. Mais le problème qu'il pose est surtout celui de la simple répétition. L'altération n'est pas due au contenu de l'information, ni à son interprétation (le code de JEN) mais je crois surtout à la limite de la "mémoire immédiate", qui ne répète pas fidèlement message qui passe de bouche à oreille.
Cependant pour les enfants l'idée est astucieuse... ils ont de la chance de vous avoir !

MF
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes de la transmission

Message  Cécile le Mar 2 Sep - 21:38

Bonsoir MF, merci du compliment ... dommage que vous n'ayez pas assisté à cet exercice qui, en effet, s'avère bien intéressant ... vous auriez constaté que la mémoire immédiate, d'ailleurs de toutes façons très performante à cet âge, n'est pas seule en cause ; il y a bel et bien interprétation dans toute re-formulation, aussi précise soit-elle, et les élèves le perçoivent bien, ils appréhendent d'ailleurs par la même occasion la nécessité d'enrichir son vocabulaire et d'améliorer sa connaissance de la langue en général ("tout bénef" pour l'enseignante, qui saisit, bien sûr, l'occasion de les motiver !!), à la fois pour répéter, mais aussi pour enrichir, développer (plus tard, ce sera le principe de la dissertation) ou pour réduire un propos sans trop l'appauvrir ni le déformer (à ce propos, je leur donne périodiquement un résumé à faire, ce vieil exercice est excellent pour favoriser la rigueur intellectuelle). Pour l'anecdote, les élèves sortent "crevés" (je cite) de cette séance autour de la "communication", ce qui est bon signe : ils ont été contraints à remettre en cause une représentation simpliste ou erronée.
Un petit détour par "l'intoxication" —je souscris totalement à cette expression— des publicitaires en tous genres, y compris politiciens ... je crois qu'elle fonctionne aussi à la "quantité", c'est-à-dire, pour reprendre la métaphore alimentaire-, non seulement on "mange", ou consomme, mal, mais on "mange" trop de pseudo-info (on trouve même parfois dans des magazines de la "publi-information" (sic)), on est littéralement étouffés par le monceau de d'affirmations péremptoires que l'on reçoit par tous ces médias.
-Où voulais-je en venir avec ces détours, scolaire puis médiatique... ? A notre sujet, la transmission inter-générations. Puisqu'il ambiguïté il y a dans toute communication, aussi bien côté émetteur que côté récepteur, je suis optimiste à ce sujet : beaucoup d'élèves ne sont pas dupes de cette cacophonie, identifient rapidement l'"intérêt" des uns ou des autres et le démontrent avec un sourire entendu. A tort ou à raison, je crois qu'ils sauront faire le tri dans la transmission inter-générationnelle comme ils le font dans la cacophonie médiatique, tout simplement parce qu'ils sont habitués depuis l'enfance à se méfier du discours, qu'il soit véhiculé par des mots ou par des images, qu'ils le comprennent réellement ou pas. Du moins, c'est tout le mal que je leur souhaite : c'est inconfortable mais salutaire.
Bonsoir, je retourne tailler mes crayons : aider à développer un sens critique en évitant l'écueil du pessimisme exagéré ... c'est du boulot !! study

Cécile
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes de la transmission

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum