un peu de raison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

un peu de raison

Message  François le Mer 30 Juin - 12:20

L’ESCROQUERIE DE LOURDES

L’histoire se déroule dans la grotte de Massabielle, à Lourdes, il y a un siècle et demi. Entre le 11 février et le 16 juillet 1858, « l’Immaculée Conception » apparaît dix-huit fois à une humble bergère de quatorze ans, du nom de Marie-Bernarde Soubirous.
Sur l’injonction de la Vierge, Bernadette gratte le sol anhydre d’où jaillit tout à coup une source qui débite quelque cent vingt mille litres à la journée. Un aveugle nommé Bourriette se frotte le visage avec cette eau : il recouvre la vue. Le fait est attesté par le Dr Dozous. Miracle ! Un pèlerinage est organisé. La première année, une centaine de guérisons prodigieuses sont constatées.
Les années suivantes, le nombre des pèlerins s’accroît considérablement et, avec eux, le nombre des guérisons. Autre phénomène extraordinaire : le corps de Bernadette, devenue sainte, est conservé intact dans une châsse de verre à Nevers !
Voilà en tout cas pour la légende dorée. La réalité historique est quelque peu différente.
Les visions. Bernadette, dont le père, alcoolique notoire, sortait de prison lorsqu’eurent lieu les apparitions, ne savait ni lire ni écrire. La seule éducation qu’elle reçut fut religieuse. L’adolescente suivait avec enthousiasme le catéchisme de l’abbé Ader, fervent admirateur du curé d’Ars, dont les visions sont connues. Ader était également un dévot des (fausses) apparitions de La Salette. Avant les visions de son élève, l’homme d’Église confiait à l’instituteur Barbet : « C’est étrange, chaque fois que je rencontre Bernadette, il me semble apercevoir les enfants de La Salette ». Émile Zola fut l’un des premiers à évoquer l’ascendant que l’abbé avait pris sur la jeune fille.
Un détail ne laisse pas d’intriguer, en effet : les visions qu’a Bernadette de « l’Immaculée Conception » datent de 1858, tandis que le dogme de l’Immaculée Conception (i.e., la Vierge conçue sans péché) a, lui, été promulgué par Pie IX en 1854 !
La source. Le sol de la grotte n’était pas aussi sec que prétendu. En 1858, le Gave passait même au pied de la grotte, comme le montrent les photos de l’époque. Lorsque les eaux montaient la grotte était inondée ! Faut-il dire que dans certains ouvrages religieux qui parurent sur le tard les photos gênantes furent retouchées afin que le Gave n’y apparaisse point ? Aujourd’hui, le sol bétonné permet de camoufler habilement l’ancien passage.
L’aveugle. Bourriette n’a jamais été miraculé pour la simple raison qu’il n’a jamais été aveugle. Le carrier a « failli » devenir borgne à la suite d’une explosion qui lui a brûlé le visage et endommagé la cornée de l’œil droit. Sa vision s’en est trouvée affaiblie, mais rien de tragique, contrairement aux affirmations postérieures du Dr Dozous.
Dozous. Dozous était d’ailleurs un drôle de paroissien. Piètre médecin, il avait été révoqué de ses fonctions aux Hospices de Lourdes en 1856. Lui qui, fort de son titre de docteur, allait enregistrer les premiers « miracles » et se faire le promoteur infatigable des eaux de la grotte, avait édité cinq ans avant les apparitions un petit livre qui vantait les eaux thermales de… Cauterets, comme panacée universelle ! En voilà un qui savait retomber sur ses pieds !
Le corps conservé. Incorruptible, le corps de Bernadette ? Pas à lire le rapport des médecins qui firent l’inhumation ! Le visage : « un artiste a recouvert la face d’un masque de cire très réussi car bien que momifiée, la face noirâtre avec les yeux et le nez excavés auraient produit sans doute sur le public une impression pénible. ». Même chose pour les mains !
Intriguée, le Dr. Thérèse Valot s’est penchée sur ce cas. Ses conclusions : le corps de Bernadette a tout simplement été embaumé !
Les miracles. Pour sa thèse de médecine1, reçue avec la plus haute mention par la Faculté de médecine de Paris et publiée en 1955 avec une préface du Dr. Édouard Rist, ancien président de l’Académie de médecine, Thérèse Valot a, malgré la mauvaise grâce du Bureau médical des constatations (aux ordres de l’Église), scrupuleusement passé en revue les cas de « miracles » réalisés à Lourdes.
Elle a par exemple scruté l’affaire Pierre de Rudder, guéri en 1875, non pas à Lourdes, mais par procuration (on dit « intercession » dans la novlangue catholique), au sanctuaire Notre-Dame de Lourdes, à Oostakker-lez-Gand, en Belgique. La fracture de la jambe de cet homme se serait ressoudée instantanément. Selon les apologistes, c’est le miracle le plus extraordinaire de toute l’histoire de Lourdes. Mais en lisant les documents, Thérèse Valot s’est aperçue que la jambe fracturée en 1867, et dont la consolidation se fit mal, était celle de gauche alors que la jambe guérie dans le certificat de guérison était celle de droite !
Amusant : la contre-enquête officielle de l’Église sur le cas de Rudder commença en 1893. Près de vingt ans après les « faits »...
La conclusion du Dr. Valot sur les miracles de Lourdes mérite d’être connue : « Aucune maladie n’ayant fait sa preuve, histologique ou bactériologique, n’est guérie subitement à Lourdes ». Seuls « certains désordres organiques dits psychosomatiques au support physico-chimique mal connu (ex : verrues, fistules, ulcères de l’estomac...) peuvent être supprimés. »
Le Dr. Valot note enfin une « chute asymptotique vers zéro du chiffre annuel des guérisons (...), conséquence inévitable du progrès des connaissances médicales ».
> Et pendant ce temps, merci pour eux, les marchands du Temple se portent plutôt bien !

>


François
Invité


Revenir en haut Aller en bas

l'envers des miracles

Message  Romain le Mar 13 Juil - 15:28

Il semble évident que quand on connait les lois de la physique, que l'on a de petites connaissances en médecine, en philosophie... on ne peut prendre les miracles comme miraculeux.
Vous avez raison, plus la connaissance progresse et moins il y a de miracles... en fait plus ils deviennent soit explicables, soit contestables.
Reste que parmi les croyants, les vrais, ceux qui ont la foi, tout est possible parce que Dieu est tout puissant, même les plus grosses absurdités.
Il y en a dans toutes les religions, sans exception ! Cependant les fidèles ne remettent pas en cause ce qui les fonde, au départ généralement des miracles. Par exemple la résurection du christ ou les visions de Mahommet qui discutait avec l'ange Gabriel. S'ils commencent à devenir critiques, alors les incohérences apparaîssent et leurs croyances deviennent ridicules.
Les humains sont très crédules... c'est parfois désespérant !

Romain
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'envers des miracles

Message  Françoise le Dim 18 Juil - 13:00

Pourquoi les hommes croient aussi facilement ?
Pour une vie meilleure après la mort, revoir les chers chers, par peur du néant, de l'angoisse de vivre, de l'enfer, pour apaiser l'inquiétude générée par les questions sans réponses.
Par paresse intellectullelle, il plus facile de croire de que chercher à savoir et comprendre.
Pour les valeurs morales présentées (comme si seules les religions avaient des valeurs.)...
Dieu omnipiotent et omniscient ? Mais ne savait-il pas lui, qui aurait créé tout cela que ses créatures qui n'avaient pas demandé à naitre et qu'il aurait créé auraient fait des conneries ? pas d'autes solutions que de les torturer et les excécuter.... un scénario d'horreurs dignes des sacrifices humains des peuples primitifs ?
Il s'agirait d'aller un peu plus loin dans la réflexion, non?

Françoise

Messages : 4
Date d'inscription : 16/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ah si les humains étaient raisonnables...

Message  Jacques le Dim 18 Juil - 20:01

Tout ce que vous dites est parfaitement exact d'un point de vue rationnel. Je comprends votre consternation devant la bêtise ambiante, la naïveté des croyants et la multitudes des tabous et des superstitions. Le problème, c'est que vous raisonnez comme si les humains étaient rationnels. Or ils ne le sont pas, ou rarement. Ils sont d'abord conduits par leurs pulsions, leurs passions et par une certaine paresse intellectuelle qui les empêche de réfléchir, et de se poser des questions difficiles.
Pour faire appel à la raison, il faut travailler, se cultiver, se remettre en question, apprendre, etc.
pour se complaire dans une croyance quelconque, il suffit de se laisser aller, de suivre le mouvement. de se laisser conditionner. N'oubliez pas que les humains sont aussi conditionnables que tous les autres animaux. On ne sait jamais où finit l'éducation et où commence le bourrage de crâne.
Je rêverai de trouver quelques formules qui permettent aux gens d'ouvrir les yeux sur les réalités du monde, je n'ai jamais trouvé.
Pour faire progresser nos semblables sur le chemin de la connaissance, de l'altruisme et de la tolérance, il n'y a que l'éducation, mais elle est lente, incertaine, toujours remise en cause...
Lisez ce que nous dit JESUS du forum... qui est capable de comprendre ?
On peut dire aussi que les religions sont à la base de toutes les cultures, souvent les gens ne savent pas quoi mettre à la place, et ça aident certains à vivre et à s'insérer dans une société qui leur ressemble.

Jacques

Messages : 51
Date d'inscription : 25/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: un peu de raison

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum